top of page

Groupe

 VISSAULT de  Coëtlogon

Bezen Perrot

Guy vissault de coetlogon

Chef du groupe : Guy VISSAULT

Dit Guy VISSAULT DE COËTLOGON

Alias : Alain GODVIL

Né à Angers le 21 mars 1924

Mort à Paris le 24 avril 1945 

Blason Famille de Coëtlogon

Blason de la famille

De Coëtlogon

A l'état civil : Guy VISSAULT

il a rajouté à son patronyme le nom de sa mère : DE COËTLOGON  

C'est un descendant du corsaire malouin Robert Surcouf.

 

Dès 15 ans, il fut militant de l'Action française.

L'année suivante, il rencontre Von Thevenar au cours d'un voyage en Irlande.

A Cologne, il fait la connaissance d'étudiants allemands de la Société celtique de Berlin.

Par la suite, son beau-frère, Jacques Ménard, rédacteur en chef du " Matin ", le fit entrer dans un service de renseignements de l'État nazi, et, après un stage dans une " Junker Schule " en Allemagne, il fut promu sous-lieutenant Waffen SS.

Il complète sa formation au renseignement et au sabotage au centre de formation de la Selbstschutzpolizei du château Chateau de Vaucelles à Taverny - centre créé par l'autonomiste alsacien Hermann Brickler >

 

 

Ancien du groupe GWENN-HA-DU > , du KADERVENN > et du SERVICE SPÉCIAL > de Célestin lainé, il a notamment participé à l'opération "GWALARN" >

Il fut également adhérent au PNB .

Dissident du PNB,

Guy Vissault adhère au Cercle d'études national socialiste fondé par Raymond Du Perron de Maurin > délégué régional au Commissariat général aux questions juives pour la Bretagne.

Il eut d'abord des missions en Allemagne, en Russie et en Pologne puis contre des maquis de Normandie, de  Corrèze et de Savoie. 

guy vissault de Coetlogon

Ce groupe d'une dixaine d'hommes a été particulièrement redoutable

dans ses opérations d'infiltration des maquis bretons. 

Il opérait parfois avec le BEZEN PERROT et le KOMMANDO de LANDERNEAU >

Début 1944 il parcourt la Bretagne à la recherche de volontaires qu’il trouve surtout à Rennes et Saint-Malo pour former son équipe qui deviendra Le groupe VISSAULT. 

il fut également membre du C.E.N.S >

C'était un groupe autonome faisant partie de la  SELBSTSCHUTZPOLIZEI (force militaire auxiliaire de l'armée allemande formée de volontaires français).

La Selbstschutzpolizei était elle-même sous l'autorité du SICHERHEITSDIENT / SD (service de renseignement et de maintien de l'ordre de la SS).

 

Membres connus :

La plupart dissidents du PNB et anciens du Kadervenn > et/ou du Service spécial > de Célestin Lainé. 

Claude Geslin

Guy Hernot

Corentin Kergoat

Jacques Bruchet

Patrick Guerin

Joly

Koant

Auguste Menard (Corentin)

La plupart des sources le citent comme membre du BEZEN PERROT mais il a affirmé à l'historien Kristian Hamon, qui a eu des échanges épistolaires avec lui, qu'il appartenait au groupe Vissault.

 

et sa femme

Sans activités politiques, le frère de Guy Vissault se suicide lors d'une "visite" des FFI / FTP.

thiais

André Geffroy > (le grand Gef du kommando de landerneau) dira de lui après la guerre:

"s'il avait fallu liquider 90% des Bretons pour édifier avec les 10% restant une nouvelle Bretagne, une Bretagne régénérée conforme à ses désirs, il n'aurait pas hésiter à le faire".

tombe de Guy vissault de coetlogon
SSP

Tombe de Guy VISSAULT au Cimetière de Thiais (Paris)

Fusillé le 24 avril 1945 au fort de Montrouge il fut d'abord inhummé dans une fosse commune (avec les autres fusillés).

 

En mars 1946 son corps est transféré dans sa sépulture actuelle.

Repose avec lui Gabrielle Vissault (sans "De Coëtlogon") née en 1945 (l'année de la mort de Guy Vissault) 

L'épouse de Guy Vissault, Germaine Le Coz, est morte à 25 ans en décembre 1942  d'un cancer.

Quand Guy Vissault l'a épousé, il savait qu'à court terme elle était condamnée.

Au cimetière de Thiais reposent des dizaines de collaborateurs au régime allemand.La plupart ont également été éxécutés au fort de Montrouge.

On y trouve notamment ceux de la "CARLINGUE"  de la rue LAURISTON Laffont, l'inspecteur Bonny de l'Affaire SEZNEC. Pierre Loutrel (Pierrot le fou)...

association Kervreiz Paris

Kervreizh est un mouvement autonomiste breton fondé à Paris en 1938 par Yann Fouéré.

Récupéré en 1985 par Yann-Ber Tillenon, Kervreizh se réclame désormais d'une idéologie philopolitique. 

SELBSTSCHUTZPOLIZEI / SSP 

Rennes

wip

force militaire auxiliaire de l'armée allemande formée de volontaires français.

La Selbstschutzpolizei / SSP était elle-même sous l'autorité du SICHERHEITSDIENT / SD

(service de renseignement et de maintien de l'ordre de la SS).

Le 8 mai 1944, une unité de douze hommes de la Selbstschutzpolizei (SSP) arrive de Paris et s'intalle à Rennes. 

le groupe avait été formé à l'école de police allemande de Taverny dirigée par Hermann Bickler

ssp rennes

Jean-Yves de Cambourg, Jean Frelin, Marcel Durot, Rémi Daigre 

Max Jacob , René Hocquart, Depin, Roger Silly, Élie Cardun, Paul Anderlé

Jacques Van Verden, Eugène Martin, Lionel Brot 

wip
gestapo rennes

SICHERHEITSDIENT / SD de Rennes

(service de renseignement et de maintien de l'ordre de la SS).

Adolf Breuer, du SD de Rennes était commerçant à Cologne avant-guerre.
Il a pour maîtresse l’interprète du service, Marie-Thérèse Honorez (née en Belgique en 1921). A la fin de la guerre, le couple se glisse en Belgique au sein d’un convoi de réfugiés allemands, mais il est arrêté à Bruxelles. Lorsque Breuer apprend que la Cour de justice de Rennes réclame son extradition, il se suicide dans sa cellule.
Quant à Marie-Thérèse Honorez, elle est condamnée à la peine de mort le 31 décembre 1946 par la Cour militaire de Bruxelles, mais sa peine est commuée en prison à vie, et elle bénéficie de la grâce du roi des Belges en 1954.

Source :

- Hauptscharführer Dr Hermann Wenzel, né en 1910, du SD de Rennes, dit "Mexicano" , chirurgien-dentiste à Magdebourg avant-guerre, spécialiste des affaires de résistance.


- Obersturmführer Wilhelm Walter.
 

Source :

bottom of page