top of page

FAT 354

Bezen Perrot

  Front Aufklärungs truppe 

 

après le débarquement des forces alliées en France en 1944 l'Abwehr (service secret allemand) est transformé en FAT.

Le major Schrader chef de l'Abwehr Bretagne aurait organisé dès février 1944 le FAT 354

Après les combats du maquis de Saint-Marcel, qui opposent, le 18 juin 1944, parachutistes SAS et FFI aux forces allemandes, une traque est lancée par la Feldgendarmerie, la Wehrmacht, appuyée par des détachements de soldats russes, géorgiens et ukrainiens, des agents de l’Abwher (service de renseignements de la Wehrmacht) du SD (Sicherheitsdienst, le service de sûreté de la SS), des hommes du Bezen Perrot et du FAT 354 .

Maurice Zeller 

Né le 1er janvier 1895 à Menton

Alsacien par son père - Lorrain par sa mère

Entre à l'école navale en 1913

En 1925, il est rayé des cadres d’active ( pour consommation d'opium )

 

En 1935, il adhère aux Croix de Feu puis milite au Parti Social Français de 1936 à 1939.

En août 1941, il s'engage dans la LVF et combat comme capitaine sur le front de l'Est.

En 1942, membre du PPF,  il est nommé par Jacques Doriot délégué départemental de la LVF pour les Côtes du Nord.

En mars 1943, après avoir été démis de ses fonctions au sein de La LVF il entre en contact avec le Sicherheitsdienst (SD) de Saint-Brieuc qui lui propose de faire du renseignement.

En novembre 1943, repéré par la résistance, il passe du SD au service de l'Abwehr.

Opérant à partir de l'Abwehr de Quimper sous le pseudo de Marc Denis, Il deviendra redoutable en se faisant passer, grace à de faux documents, pour un agent du CNL ( Comité de Libération Nationale ).  

En juillet 1944  l'abwehr de Quimper est dissoute.

Le service est tranféré à pontivy et intègre la FAT.  

Son objectif principal sera la recherche des chefs de maquis et de leurs agents de liaison.

L'emplacement des maquis était souvent indiqué par d'autres unités collaboratrices bretonnes.

Les cibles prioritaires étant le Commandant Bourgoin et le capitaine Marienne des SAS.

Six hommes du Bezen Perrot ont opéré avec la FAT 354.

Certains de ces gour avaient la réputation d'être particulièrement brutaux et ils le seront durant les interrogatoires des résistants notamment à Locminé.

   - Ange Péresse >

   - Emile Luec >

   - René Guiomard

   - Jean Prévost

   - Gilbert Foix >

   - André Geffroy >

 


 

Ont été fusillés le 17 juillet 1946 à Rennes

au centre de tir de Coëtlogon 

(deux par deux)

carte1.png

Pontivy

Lien

Source : Kristian Hamon

ouvrage : Agents du Reich en Bretagne

Maurice Zeller

Source : Kristian Hamon

Ouvrage : Agents du Reich en Bretagne

maurice zeller
kerihuel

Assassinat du capitaine SAS Marienne

Massacre de Pluneret (Kerihuel)

Le 11 juillet 1944, François Munoz se présente dans un café de Guéhenno (Morbihan),. Vêtu sous son imperméable d’un uniforme de sous-lieutenant parachutiste, Munoz déjoue la  méfiance du patron et des consommateurs du bar en leur présentant des documents pris sur le sous-lieutenant SAS Jean Pessis qui venait d’être arrêté et leur déclare qu’il cherchait à rejoindre le capitaine SAS Marienne. Il engage la conversation avec eux et réussit à apprendre que Marienne se trouve à Kérihuel en Plumelec .

Le 12 juillet à l’aube, un détachement d’agents du SD et d’agents de la FAT 354 surprend un groupe de sept parachutistes SAS commandé par le capitaine Marienne et de huit FFI dans leur sommeil.

Il sont tous exécutés sur l’aire de battage de la ferme, ainsi que 3 cultivateurs  accusés de les avoir hébergés.

FAT 354 Maurice Zeller

Membres du FAT 354

photographiés après le massacre de Pluneret

Membres de la FAT 354

 liste mixte d'une quarantaine de membres,

principalement français, de la S.D. et de la Wehrmacht, constituant le F.A.T. 354

fat354

Liste établie après la fuite de la FAT sur l'Allemagne.

Maîtresse de Zeller

Source :

En raison de l'avancée des alliés, Zeller quitte Pontivy le 3 août 1944.

Présent à Berlin en février 1945 et à Sigmaringen en mars 1945, il est finalement arrêté le 4 mai à la frontière suisse.

Il est ramené en France, jugé et fusillé près de Rennes le 17 juillet 1946.

bottom of page