top of page

Source : chapitre 3

de l'ouvrage de Kristian Hamon

Maurice Zeller ou la collaboration ultime

François Munoz

Parmi tous les agents, François Munoz, alias Cerdan, 27 ans, est sans conteste l'un des plus dangereux.

Père d'une fillette, Espagnol naturalisé français en 1936, il n'a guère vécu en Espagne, puisque ses parents se sont installés à Oran alors qu'il n'avait que trois mois.

Après divers emplois dans cette ville, il est envoyé à Saint-Brieuc pour y effectuer son service militaire au 71e RI.

Mobilisé comme fantassin, il est fait prisonnier lors de la débâcle puis transféré en Allemagne.

A la fin de l'année 1940, il est renvoyé en France avec les prisonniers nord-africains.

Il séjourne dans plusieurs camps dont celui de Rennes d'où il s'évade le 08 octobre 1942.

l'organisation Todt > cherchant des interprètes de langue arabe, il est embauché comme délégué à la main-d' œuvre nord-africaine sur les chantiers de Brest.

Il devient agent de l'Abwehr début 1944.

Décrit comme vaniteux et menteur, Munoz se dit officier et aime s'afficher avec deux décorations : la médaille militaire et la croix de guerre.

C'est probablement pour l'argent et faire étalage de sa fortune et d'avoir un rang plus élevé, qu'il est entré dans l' Abwehr puis dans les FAT.

Il n'a probablement pas agi par convictions politiques.

A participé au massacre de Kérihuel >

Fusillé le 17 juillet 1946 à Rennes.

gross

Alfred Gross

1 - Combat dans l'armée française.

2 - Collabore avec les Allemands et combat dans le FAT 354.

3 - Combat dans la brigade française "alsace-Lorraine".

4 - Est fusillé par les Français.

Munoz fait toujours équipe avec Alfred Gross dit Freddy.

Né en 1918 à Strasbourg, c'est le fils d'un tonnelier de la ville.

Il reçoit une instruction primaire puis devient apprenti cuisinier à Strasbourg puis Colmar.

En 1938, Gross est incorporé au 1er régiment d'infanterie de forteresse.

Encerclé avec son unité en mai 1940 dans la poche du Nord, il est évacué sur l'Angleterre puis ramené dès le lendemain à Cherbourg.

Fait prisonnier en Normandie lors de la débâcle, il sera libéré comme Alsacien-Lorrain le 21 août  1940.

Sa maîtrise de la langue allemande lui permet alors de travailler comme civil pour la

Croix-Rouge allemande à Paris.

En novembre 1940 , il devient interprète au génie maritime allemand de Brest.

En 1942, il travaille comme interprète à l'organisation Todt.

En mars 1944, étant Alsacien, il reçoit un ordre de rappel au centre de mobilisation de Strasbourg.

Il obtient un sursis puis fait des démarches pour être affecté dans une unité stationnant en France.

En mai 1944 il reçoit l'ordre de rejoindre Quimper.

A la Kommandantur, on lui propose le choix entre le SD ( Sicherheitspolizei ) ou les formations relevant des bureaux IC  ( Renseignements et contre-espionnage ). 

Travailler au SD ne lui dit rien "car composé de SS ou anciens SS".

Il entre donc comme interprète à l'Abwher puis intègre la FAT à Pontivy.

Replié sur Belfort en août 1944, il va combattre dans la "brigade Alsace-Lorraine" >

Il affirmera être devenu un agent de l'Abwehr parce qu'il ne pouvait, en raison de sa situation d'alsacien-Lorrain, se comporter autrement.

A participé au massacre de Kérihuel >

 

Fusillé le 17 juillet 1946 à Rennes.

     

bottom of page