top of page

Repli du Bezen Perrot

bezen Perrot à Tubingen

Repli du

Bezen Perrot

 

La retraite de la formation Perrot

(août 1944 - mars 1945) 

4 août :

Rennes, Chateaubriant, Angers, Tours (incidents dans un café avec des gaullistes).

5 août :

Château-Lavallière près de La Rochedun.

7 août :

Orléans.

8 août :

Gien-Montargis (attaqués par aviation : mitraillage.Passé la nuit au théâtre de Montargis). 

9 août :

Départ pour Fontainebleau.

Route peu sûre.

Cérémonie en forêt.

10 août :

Gare de Lyon,départ 12h.

Sales,mal rasés.

Pagaille.

Plusieurs hommes perdus à Paris.

Les hommes de Lainé surveillent les douteux.

Nuit du 10 au 11 août :

De Paris à Chalon-Sur-Saône (?).

11-13 août :

Chalon.Répartis en deux groupes.

Faim.

Les résistants ne se montrent pas, mais essayent de nous attirer dans des guet-apens.

Une patrouille vers Sens (3 Bretons, 3 Allemands).

On récupère le capitaine Reder de la SS de Brest (il avait commandé le commando de Scrignac).

Départ vers Troyes.

20 août :

Départ pour Bar-sur-Aube.

22 août :

Départ pour Chaumont, arrivée le soir.

On change de vêtements.

Fusils français.

24 août :

Départ. 

27 août :

Arrivée à Vittel.

Les papiers sont perdus par Docteur - Louis Guervenou - près de Neufchâteau.

28 août :

Col du Bonhomme mais il n'est pas franchi ce jour là.

29-30 août :

Epinal (Ecole Saint-Joseph).

31 août :

Saint-Dié Docteur déserte avec les papiers.

1er septembre :

Arrivée à Lunéville.

Groupes de reconnaissance mixtes.

L'un règle le sort d'une patrouille de maquisards.

Enormes difficultés de ravitaillement.

Tensions avec les gens de Lainé : "les celtes" qui ont cru jusqu'au dernier moment en la victoire de l'Allemagne.

Lunéville.Blamont (château)..Cirey.

Lainé est déjà parti en Allemagne avec son état-major.

Discours de Grimm : "l'alsace est allemande, ne la pillez pas !"

Col du Donon, Schirmeck.Grenenbourg.

Centre de repos dans l'école du village.

Maout - Goulven Jacq - commande alors la formation qui refuse d'entrer dans la Charlemagne.

Mullbach.

Construction de défenses.

Octobre (?) :

Strasbourg.Quartier Jacob Schultz.

Vie assez paisible.

Lainé et son état-major se désintéressent entièrement des hommes.

Travaux de terrassements.

Strasbourg,ville de regroupement.

Certains membres de la formation réussissent à aller au bureau de bienfaisance, en civil  : Ils y touchent de l'argent.Fureur de Lainé...

Restaurants : "l'ours blanc", "l'homme de fer", "le Kléber".

Jeusset va voir Lainé qui l'envoie en l'air.

Pont de Kehl.Oberkirsh.Oeldsbach : peu de tickets, travail dans les fermes; marches en montagne.

Séjour d'un mois.

27 novembre :

Vers Peterschall.Freudenstadt (à pied, en plusieurs groupes).Hohen Entringen.

Un groupe part en précurseur pour aménager le cantonnement dans un vieux château.

Cinq hommes se mutinent (rien à manger : Martin - Louis Guillou - et Konval - Joseph Morvan -).

Polig est hébergé par la formation.( ? pseudo  parfois cité comme celui d'un membre du Bezen Perrot)  

Lainé ne veut pas de R.Larboulette (Robert Larboulette FAT 354) par contre il y accepte l'Amiral ( ? pseudo  parfois cité comme celui d'un membre du Bezen Perrot)  

17 décembre :

Occupation du château jusqu'à la fin de janvier.

17 décembre, anniversaire de la formation : Pulmer, Brickler, Eisberger et Jacob invités, ne viennent pas.

l'après-midi cérémonie de la couronne rouge sur une couronne de verdure, avec fusils dessus, à la mémoire des tués.

Attribution de grades : Lainé est lieutenant, Cocal -Ange Péresse - adjudant.

Charité bien ordonnée...Rien pour les catholiques tout pour les celticards.

Repas assez convenable, café, alcool de topinambour...mais pas de gaieté.

Cette cérémonie "maçonnique" a laissé la plus mauvaise impression.

c'est la trahison de l'état-major.

Lainé et Cocal ont leur chambre en ville.

Rapport deux fois par jour, services de garde et d'espionnage.

Relâche de la discipline : prison "bretonne", à la suite de coups de poing.

On prend les repas au restaurant (0,5 mark le repas).

Fabrications de casiers pour le bureau, travaux pour les particuliers en ville.

Travaux de sape et de mine, boisement, marche dans la forêt.

Voyages à Berlin.

Début janvier :

9 hommes partent dans un groupe de kommandos spéciaux de la Waffen SS.

début février :

Envoi en Kommando (Brandebourg) : escorte de camions de matériel spécial.

Pâques :

Restent 15 hommes au châlet.

Lainé veut les envoyer en kommando.

Six puis quatre s'évadèrent.

l'état-major a préparé son départ avec des tickets, du sucre et des denrées alimentaires...

Témoignage d'un ancien de la formation Perrot à Yves Frelaut - Avril 1970

Entringen Schloss Hohenentringen

Château de Hohenentrigen

 cantonnement

du Bezen Perrot

Reproduction in-extenso du témoignage d'un ancien du Bezen Perrot tiré de l'ouvrage :

"les nationalistes bretons de 1939 à 1945"

de Bertrand Frelaut (éditions beltan)

bezen perrot

Le Bezen Perrot en décembre 1944 ( Allemagne )

désertion

Désertions 

à Paris : Louis Nogues (KEMENER)

              Corentin Le Faou (GONIDEC)

              Joseph Le Berre (KERNEL)

              Jean-Marie Chanteau (MABINOG) où Nancy 

              Jean Prevost (REVEREND)

à Chaumont : Christian Guyonvarc'h (CADOUDAL)

                        Yves Le Negaret (LIZIDOUR)

                        Xavier Mordelet (RUAL)  

 

à Châlon : Jacques Malrieu (HERIC)

 

à Saint-Dié : Louis Guervenou (DOCTEUR)

 

à Srasbourg : Stanislas Le Rouzic (PELTAN) 

à Tübingen : René Hervé (MARCEL)

                      André Chevalier (MAREG)

                      Joseph Cattelliot (MOREL)   

Fuite vers l'Allemagne des civils

Dès fin juillet l'état-major du PNB avait fui.

 

Epouses, fiancées, maîtresses, amant d'un membre du Bezen Perrot, enfants de gour, tout un convoi quitte la Bretagne pour L'Allemagne en août.

S'y joignent des militants nationalistes bretons, des personnes impliquées où risquant d'être soupçonnées dans la collaboration avec l'Allemagne.

notamment :

Marcel Guieysse et sa fille Denise

Hervé Botros (Kommando de Landerneau)

Roparzh Hemon

Jos Yoennou

Joseph Nedelec

Fant Rozec* 

* A Paris, Fant Rozec (MEAVEN) > quittera le convoi pour suivre Jean Chanteau (MABINOG) déserteur du Bezen Perrot.

Ils se marieront en 1970.

bottom of page