top of page

Les cousins HIRGAIR

Pierre
les frères Guiomard et job Hirgair_bezen_Perrot

 à droite Job HIRGAIR

Au centre Yann Guiomard >

à gauche son frère René Guiomard

( Photo prise à Tübingen en  1944)

Pierre Hirgair

Nom de guerre Bezen Perrot : YVARC'H

Après le repli du BEZEN PERROT sur l'Allemagne, Pierre Hirgair rejoint une unité  des WAFFEN SS .

Il est mort en 1945 lors du mitraillage de son convoi.

 

"...Passons à Vincent Hirgair. Selon la préfecture du Morbihan , celui-ci fut aussi abattu par les FTP de la région de Baud le 29 juillet 1944 parce que son fils appartenait au BEZEN PERROT et que sa sœur Anna était affiliée au PNB


Dans ce cas précis, il ne fait aucun doute que Vincent Hirgair fut exécuté en représailles aux agissements de son fils Pierre et de sa sœur Anna Hirgair. 

La famille Hirgair habitait au Scaouët, hameau situé à quelques centaines de mètres au sud de la ville.

Fils d’une fratrie de dix enfants qui comptait trois filles et sept garçons dont trois prêtres, Hirgair vivait à cet endroit des produits de sa ferme.

Né le 3 mai 1922 à Baud, l’un de ses fils s’appelait effectivement Pierre. Celui rentrera dans le BEZEN PERROT en 1944.

Au moment de l’arrivée des troupes américaines en Bretagne, il suivra les Allemands en compagnie des membres les plus résolus de la formation Perrot.

Il sera finalement mortellement blessé en 1945 par l’aviation alliée..."

Assassinat de Vincent HIRGAIR (père de Pierre)

Né à Baud le 03 mai 1922

Mort en 1945 

bouton

23

ans

Joseph
tombe de Pierre Hirgair
Job Hirgair

Joseph Christian Hirgair

Nom de guerre Bezen Perrot : SKAO

Dit Job

Né en 1923

Mort en 1957

bouton

34

ans

Réfugié en IRLANDE en 1945

Job hirgair

...Christian Hirguair connu de tous sous le nom de Job a été le premier d'entre eux que j'ai rencontré. Il était aussi le plus jeune des réfugiés et était à l'époque l'invité d'Oscar Mac Uilis, professeur d'irlandais, et violoniste de temps en temps. Il vivait à Dalkey avec sa gouvernante dans une grande maison familiale ancienne, dont le jardin s'étendait jusqu'au rivage rocheux assez escarpé. C'était un voisin de la famille Schorman, dont le dévouement à la Société  Saint-Vincent de Paul les avait amenés à s'occuper aussi de notre petit groupe.

Hirguair avait rejoint le Bezen Perrot au début de 1944. à l'âge très jeune de dix-huit ans. Il avait rejoint son cousin germain, un militant nationaliste breton actif, dont le père avait été assassiné par la Résistance française à cause des activités militantes de son fils. C'est après ce crime que Job avait rejoint son cousin au combat.

Ce n'était pas un militant visionnaire, même si c'était l'idéalisme et la loyauté qui l'avaient poussé à rejoindre les Bezenn et à prendre les armes contre ceux qu'il considérait comme des ennemis de son pays et de son peuple.

Il a rapidement trouvé du travail dans une entreprise d'électricité. Son esprit pratique l'a amené à monter une petite boutique à Dalkey, sous le nom de « Christian Radio », vendant et réparant des radios.

Plus tard, il a fait sortir sa tante, Anna Hirguair, qui, selon certains, était sa mère.

Elle a dirigé sa maison et s'est installée avec lui.

Quarante ans plus tard, « Christian Radio » existait toujours à Dalkey, bien que son fondateur ait disparu depuis longtemps. Job, diraient ses amis, est destiné à faire fortune. Maurice Lemoine, un de ses amis du Bezen qui ne manque pas d'humour, dirait que l'entreprise de Job pourrait être comparée à une vanne à sens unique : il a laissé entrer l'argent mais il ne l'a plus jamais laissé sortir.

Job rentre en Bretagne dès qu'il le peut, acquitté par le tribunal militaire de Paris, en raison de son jeune âge au moment des accusations portées contre lui. Avant de partir, il revend son activité de radio à Boulc'h.

Malheureusement, il disparut peu après, victime d'une mort subite en mai 1957.

anna
job Hirgair bezen perrot
job hirgair bezen perrot

Job repose auprès d'Anna Hirgair 

job hirgair bezen perrot
bottom of page