top of page

René le Hir

Kommando de Landerneau

 Reun An Hir 

Né à Brest le 16 juillet 1920

Mort à Brest le 04 novembre 1999

(enterré à Plougastel)

images.jpeg

79

ans

Il participe à Skol Ober, comme correcteur des devoirs des élèves de ce cours par correspondance fondé en 1932 à Douarnenez et dirigé pendant 40 ans par Marc'harid Gourlaouen. Il donnait aussi des cours de breton à Brest.

Chef de canton du Parti national breton à Landerneau.
 

Engagé auprès des Allemands contre les maquis de la Résistance, pendant la Seconde Guerre mondiale. Il fait partie du Kommando de Landerneau.

À la Libération, il est arrêté, puis condamné, et incarcéré.

À sa sortie de prison, Le Hir prend le chemin de l'Afrique pour y exercer son métier d'ingénieur spécialiste des transports.

Vingt ans plus tard, il revient en France et s'installe dans le Nord où il est directeur de la Sealink (ferries de la SNCF) à Boulogne-sur-Mer avant de prendre sa retraite en 1986.

Retraité, il revient en Bretagne à Plougastel.

Il a intégré la Commission Histoire des écoles Diwan.

Parfois sous les noms de plume d'Yves Kerdraon ou Ar Rodellec il collabore à diverses revues bretonnes dont Le Peuple Breton, organe de l'Union démocratique bretonne (UDB) et au travail de terminologie de Preder (dictionnaire breton). Il est secrétaire de l'Association An Here en 1993, maison d'édition de Diwan.

Sur la fin de sa vie, René Le Hir, ne regrette rien.

Ni en privé, ni en public, comme le révèle une longue interview réalisée en 1997

à l'occasion d'un documentaire sur le mouvement breton qui ne sera finalement pas diffusé.

René Le Hir y évoque la nécessaire continuité du mouvement breton

durant l'occupation afin de contre-balancer la propagande alliée.

Il raconte comment lui et ses amis prodiguèrent des conseils militaires tactiques aux Allemands.

Il qualifie l'arrestation des collaborateurs bretons à la Libération de rafles ridicules.

Dre_hent_pe_hent Reun an Hir

Il est auteur d'un livre en breton sur le transport,

"Dre Hent Pe Hent" (1990), Prix Roparz Hemon 1991.

Ce livre a été traduit en anglais.

bottom of page